index communiqué de presse

La conférence de presse sur les métaux lourds et les autres pathologies associées.
par vaccins et aluminium, vendredi 14 décembre 2012

L’aluminium est le troisième élément le plus abondant de l’écorce terrestre, après l’oxygène et le silicium.L’Homme y est exposé de façon naturelle, mais aussi industrielle ; les propriétés de l’aluminium (résistance à la corrosion, légèreté, malléabilité, ductilité, conductivité électrique et chimique, etc.) en font un matériau très utilisé, que ce soit dans l’industrie du bâtiment, les transports, l’agroalimentaire, la pharmacie, la chirurgie, ou le traitement des eaux d’alimentation.

En 1921, un article scientifique rapportait pour la première fois des signes de toxicité de l’aluminium chez l’homme : un ouvrier qui respirait sur son lieu de travail de l’aluminium avait développé une encéphalopathie.À la même époque, le biologiste Gaston Ramon inventait l’adjuvant vaccinal, cette substance qui, administrée avec l’antigène, a pour vocation de stimuler le système immunitaire, et donc de renforcer et prolonger la réponse de l’organisme, tout en utilisant moins d’antigène.

Quelques années plus tard, en 1926, on utilisait pour la première fois l’hydroxyde d’aluminium comme adjuvant dans un vaccin. Il était admis que la dose d’aluminium injecté était trop faible pour exercer une activité toxique, d’autant que l’on supposait qu’il était évacué très rapidement par l’organisme.A la fin des années 1960, plusieurs publications démontrèrent que l’utilisation des sels d’aluminium dans les vaccins pouvait jouer un rôle important dans le développement de phénomènes allergiques. De ce fait, dès 1972, l’Institut Pasteur retira les sels d’aluminium de tous ses vaccins, et les remplaça par le phosphate de calcium, composant naturel de l’organisme.Le rachat de l’Institut Pasteur par l’Institut Mérieux entraîna l’uniformisation des processus de fabrication et l’arrêt des vaccins adjuvantés sur phosphate de calcium, malgré les alertes lancées par les chercheurs de l’Institut Pasteur.eL’usage de l’aluminium dans les vaccins est largement controversé : en effet, les connaissances sur la neurotoxicité des sels d’aluminium se sont largement développées en presque un siècle.

En 1972, notamment, paraissait le premier article sur l’encéphalopathie des dialysés : chez des patients pour lesquels on avait préparé une solution de dialyse avec de l’eau contenant de l’aluminium, se sont déclenchés des symptômes de démence, de troubles du langage, des convulsions, etc.Depuis les années 1960, en France, l’eau du robinet contient des sels d’aluminium dont la fonction est de la rendre plus transparente. Cette pratique a certes commencé à diminuer progressivement à partir de la fin des années 1970 ; elle reste néanmoins d’actualité pour 16 millions de Français, et 4 millions d’entre eux boivent des quantités qui dépassent la norme. Or en 1998, une vaste étude épidémiologique de l’Inserm montrait qu’en consommant de l’eau du robinet dont le taux d’aluminium atteint le taux fréquent de 100 μg/l, on multiplie par deux le risque de contracter la maladie d’Alzheimer.

Le Professeur Gherardi et son équipe ont démontré au début des années 2000 que des lésions post-vaccinales contenant des sels d’aluminium pouvaient persister plusieurs années après l’injection. Elles étaient notamment associées à des symptômes de fatigue et de douleurs généralisées, ainsi qu’à des cas de sclérose en plaque.Depuis, ces chercheurs ont suivi le parcours de l’adjuvant, injecté dans le muscle de la souris : les particules d’aluminium sont capturées par les macrophages, puis aspirées par le ganglion lymphatique.

 

L’hydroxyde d’aluminium entre donc aujourd’hui dans la composition de tous les vaccins obligatoires et de plusieurs autres – ainsi des vaccins contre le tétanos (TETANIQUE PASTEUR), la coqueluche (VAXICOQ), de ceux qui associent la diphtérie au tétanos (DIFTAVAX), auxquels on peut encore associer la coqueluche (D.T.COQ, REVAXIS), la poliomyélite (DDTCP PASTEUR, TETRACOQ, TETRAVAC ACELLULAIRE), l’haemophilus influenzae B (HIB, PENTACOQ, PENTAVAC, PENT-HIBest) et l’hépatite B (INFANRIX).

C’est aussi le cas du vaccin contre l’encéphalite à tiques (TICOVAC), et surtout de ceux contre l’hépatite A (AVAXIM, HAVRIX), l’hépatite B (ENGERIX B, GENHEVAC B PASTEUR, HB VAX DNA), ou les deux hépatites A et B (TWINRIX).elles regagnent le sang et colonisent à partir du 21e jour la rate, le foie, puis le cerveau dans lequel elles pénètrent constamment, en faible quantité, et d’où elles ne sortiront plus.

Par ailleurs, des expériences chez la souris ont montré que l’aluminium pouvait induire des troubles cognitifs à de faibles niveaux d’exposition, comparables à ceux auxquels la population humaine est soumise.Des injections d’hydroxyde d’aluminium chez ces rongeurs, à des doses équivalentes à celles administrées aux hommes lors des vaccinations, augmentent l’apoptose des neurones moteurs, produisent des phénomènes inflammatoires dans le système nerveux central et induisent la présence de protéines tau caractéristiques de la maladie d’Alzheimer.S’appuyant sur la démonstration de la toxicité, pour le système immunitaire comme pour le système nerveux central, des sels d’aluminium utilisés dans les vaccins, certains auteurs estiment qu’il faut réévaluer le rapport bénéfice/risque, notamment pour les enfants, dont l’organisme est en développement.

 

L’extrême toxicité du mercure est connue depuis l’antiquité chinoise. L’intoxication classique au mercure s’appelle hydrargyrisme : elle recouvre des troubles et maladies neurologiques et elle est inscrite en France au tableau des maladies professionnelles depuis 1919. Mais bien d’autres pathologies devraient être prises en considération.Le mercure est un neurotoxique, un néphrotoxique, un immunotoxique et, selon ses espèces chimiques, un génotoxique et un perturbateur endocrinien.

Il est classé parmi les substances CMR2 (cancérogènes, mutagènes, toxiques pour la reproduction) qui doivent être éliminées de tous leurs usages.Les utilisations actuelles du mercure sont nombreuses et nous exposent diversement. Dans les pays de l’OCDE et en Amérique, le premier contributeur de la charge corporelle en mercure est, de très loin, l’amalgame dentaire, constitué pour moitié de mercure métal.

Nous y sommes également exposés par notre alimentation, notamment quand nous consommons des poissons de fin de chaîne alimentaire, fortement contaminés par le méthylmercure.Dans un certain nombre de médicaments et de biocides, le mercure est utilisé sous la forme d'un composé chimique organomercuriel, qui entre dans la composition du thimérosal. Celui-ci, synthétisé à la fin des 1920, a été utilisé comme conservateur dans les vaccins multidoses dès les années 1930, afin d’empêcher la contamination bactérienne ou fongique. Une fois injecté dans le corps humain, le thimérosal se décompose en acide thiosalicylique et en cation éthylmercuriqueg.Il a été démontré chez le singe qu’une partie du mercure injecté passe dans le cerveau du nourrisson y est piégée sous forme de mercure inorganique (Hgi), puissant neurotoxique, pour une longue période.Des expérimentations chez les rongeurs ont mis en évidence que l’exposition prénatale ou postnatale à l’éthylmercure a des effets néfastes sur le cerveau en développement. Ces effets ont été confirmés chez le primate : le tout jeune macaque auquel on administre un vaccin contre l’hépatite B contenant du thimérosal a du retard dans l’acquisition des réflexes fondamentaux.

Chez l’Homme, une étude récente a montré que les nourrissons exposés au thimérosal vaccinal avaient un développement psychomoteur perturbé entre un et deux ans.Une série d’études épidémiologiques a montré que les vaccins contenant du thimérosal, inoculés en routine aux enfants, étaient significativement associés à des troubles du développement (autisme, troubles de la parole, retard mental, spasmes infantiles, etc.).

Les mécanismes impliqués sont bien documentés : la présence de faibles doses de mercure inorganique dans le cerveau induit une désagrégation du squelette interne des neurones, une agression oxydante et une neuroinflammation, l’activation des cellules gliales (cellules de soutien des neurones) et un dysfonctionnement des mitochondies, la perturbation de l’homéostasie calcique et celle de plusieurs neuromédiateurs (glutamate, GABA).A la fin des années 90, les agences sanitaires ont demandé aux fabricants, « à titre de précaution », d’éliminer le mercure des vaccins, ce qui a été fait pour la plupart des vaccins à l’exception des vaccins antigrippaux.

Aujourd’hui, les vaccins contenant du thimérosal disponibles en France sont ceux qui protègent de la grippe (FLUVIRINE, VAXIGRIP, FLUARIX, IMMUGRIP, INFLUVAC, MUTAGRIP, VAXIGRIP), et de l’hépatite B (ENGERIX B, HBVAX DNA)g FICHE RESUMEE TOXICO ECOTOXICO CHIMIQUE FRTEC N°8 – Thimérosal - http://atctoxicologie.free.fr/archi/bibli/THIMEROSAL_FTREC.pdf7plus tard, les agences ont reculé et ont « blanchi » l’éthylmercure vaccinal.

En dépit des récentes connaissances scientifiques, la plupart des rapports officiels professent donc l’innocuité des vaccins contenant du mercure, quoique avec parfois une certaine prudence : « Ces analyses convergent pour considérer que l’existence du risque neurologique n’est pas établie au plan scientifique sur la base des études épidémiologiques existantes, sans que ces études permettent pour autant de l’écarter ».hIl est choquant de constater avec quelle « légèreté » scientifique ce blanc-seing d’innocuité a été délivré, puisqu’il est basé sur de rares études menées sur des souris adultes, qui ont démontré que l’éthylmercure restait moins longtemps dans le sang que le méthylmercure (sur lequel les normes de sécurité ont été établies). Les autorités sanitaires refusent ainsi d’admettre des faits scientifiquement établis, comme l’accumulation de mercure dans le cerveau après injection de vaccin contenant du thimérosal. Cependant, les conflits d’intérêts sont extrêmement prégnants dans les groupes d’experts officiels, le sujet étant hautement sensible.

 www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/Fiche_Thiomersal.

 

Les maladies neurologiques associées au mercure et à l’aluminium:

 

Les troubles du spectre autistique (TSA): Les TSA sont des troubles du développement caractérisés par une altération de l’interaction sociale et de la communication, des comportements répétitifs et stéréotypés ainsi que, souvent, un retard mental.Ils affectent en France environ 500 000 personnes – un enfant sur 150 selon la Haute Autorité de Santé, et cette prévalence est en très forte augmentation depuis les dernières décennies.

La prévalence des TSA est corrélée avec l’exposition aux vaccins contenant des sels d’aluminium. On a montré que les cheveux des enfants souffrant de TSA contiennent plus d’aluminium que ceux des enfants non autistes. De même, ils évacuent dans l’urine davantage d’aluminium, de baryum, de cérium, de mercure et de plomb.D’un point de vue biochimique, on dispose également d’éléments pour avancer que l’aluminium peut contribuer aux symptômes de l’autisme.

En effet, il fait partie des substances neurotoxiques qui, comme le mercure, peuvent élever la concentration de glutamate (un neurotransmetteur à potentiel excito-toxique) à des niveaux susceptibles d’entraîner une neurodégénération et, dans le cerveau en développement, à des anomalies de la connectique neuronale– phénomènes que l’on trouve à l’origine d’une partie des symptômes que recouvrent les TSA. On a également constaté chez les sujets autistes une activation chronique de la microglie que l’aluminium vaccinal est capable d’initier.Une équipe de chercheurs américains a mis en évidence une association entre la vaccination de nourrissons avec le ROR contenant de l’aluminium et la survenue d’un syndrome autistique.

Plusieurs études ont montré une relation entre une exposition environnementale au mercure et le risque d’autisme. En particulier, on a pu constater une corrélation entre la gravité des symptômes et les doses de mercure administré par les vaccins aux nourrissons.Certaines publications ont également indiqué que les mères des enfants autistes ont été davantage exposées au mercure.D’autres ont établi que les enfants autistes éliminent en moyenne plus difficilement le mercure, comme en témoigne la faible concentration de ce métal dans les cheveux et les ongles des enfants touchés par cette pathologie,bien inférieure à celle des enfants indemnes autant exposés au mercure.Il s’ensuit que les enfants autistes sont davantage imprégnés par le mercure, comme l’atteste la concentration en mercure dans leurs dents de lait, significativement plus élevée que la moyenne.

Ceci est confirmé par des études qui ont mis en évidence, chez les enfants souffrant de TSA, un profil de porphyrines urinaires typique de l’inhibition par le mercure de certaines enzymes de la voie de synthèse de l’hème.Plusieurs revues ont souligné un parallélisme étroit entre les effets neurologiques d’une intoxication mercurielle et les caractéristiques cérébrales observées dans l’autisme.Enfin une étude a mis en évidence que l’injection de thimérosal chez la souris entraîne dans le cervelet l’apparition de marqueurs biologiques, ce qui pourrait accréditer la responsabilité des vaccins contenant du mercure dans le déclenchement de l’autisme.

La maladie d’Alzheimer (MA): La MA entraîne une démence neurodégénérative qui touche d’abord les fonctions cognitives et se répercute sur le comportement et la sociabilité. Elle est caractérisée par des plaques séniles (dépôts de peptide β-amyloïdes) et des amas neurofibrillaires dans le cortex cérébral et de la substance grise sous-corticale.Selon les estimations de l’Inserm, il y aurait en France environ 860 000 personnes souffrant de démences de type Alzheimer, et le nombre de malades devrait atteindre deux millions en 2020. L’augmentation de l’incidence est si rapide que l’on prévoit que 3% de la population sera affectée en 2050, au lieu de 1,2% aujourd’hui.

Il a été établi dans les années 90 que, chez les insuffisants rénaux auxquels on administrait des solutions de dialyse contenant de l’aluminium, des phénomènes analogues à ceux que l’on constate dans la MA se produisaient dans leur cerveau.Il a ensuite été démontré que la consommation d’eau du robinet traitée à l’aluminium doublait le risque de souffrir de la MA. Les effets de l’aluminium sur le cerveau sont si comparables à ce qu’on observe dans la MA que, dans les expérimentations chez la souris, on reproduit la MA en inoculant de l’aluminium à l’animal.A partir d’expériences chez la souris, on a pu émettre l’hypothèse que l’absorption chronique d’aluminium entraînerait une agression chronique oxydante à l’origine des accumulations de dépôts β-amyloïdes qui entravent la communication neuronale.On sait que l’hippocampe des personnes atteintes de MA contient plus d’aluminium que celui des sujets sains. Précisément, dans l'hippocampe et le lobe temporal de ces malades, on a détecté de l’aluminium dans les dépôts amyloïdes qui se trouvent au centre des plaques séniles.Les sels d’aluminium provoquent des phénomènes inflammatoires dans le cerveau qui augmentent le nombre de protéines précurseurs de l'amyloïde. D’autres ions métalliques favorisent l’agrégation des dépôts de β-amyloïdes ; mais seul l’aluminium s’est avéré capable de déclencher le précurseur de l'amyloïde et la surproduction de protéines tau181 typique de la MA.

Le rôle de l’aluminium dans la dégénérescence neurofibrillaire a été mis en évidence.Enfin, on a remarqué que l’aluminium perturbe l’homéostasie du calcium d’une manière analogue à ce qui se passe dans la MA. Plusieurs revues parues ces dernières années s’accordent pour dire que l’hypothèse d’une implication de l’aluminium dans l’étiologie de la MA ne pouvait pas sérieusement être écartée. Le cerveau des MA possède également des concentrations mercurielles plus élevées que celui des témoins, notamment dans le noyau basal de Meynert, région centrale du cerveau où la dégénérescence neuronale est la plus marquée dans cette pathologie.Les MA ont par ailleurs dans la majorité des cas un taux de mercure sanguin 2 à 3 fois plus élevé que celui des témoins. La concentration du mercure sanguin est de plus corrélée à la quantité de protéines β-amyloïdes déposées.La présence de faibles doses de mercure inorganique est à l’origine de perturbations que l’on retrouve dans la MA : il induit des perturbations dans la machinerie énergétique de la cellule (mitochondries), dans l’homéostasie du calcium et de plusieurs neuromédiateurs, induit la formation d’espèces réactives oxygénées et de radical hydroxyle et accroît ainsi l’agression oxydante qui peut conduire à une dégénérescence neuronale d’autant que les mécanismes de défense sont inhibés (glutathion…). Le mercure inorganique est un puissant poison de la tubuline formant le squelette interne des neurones, entraînant la formation d’amas de neurofibrilles, l’un des principaux marqueurs de la maladie.http://www.fondation-alzheimer.org/content/

Par ailleurs, il est bien établi que le principal facteur de susceptibilité génétique de la MA est l’apolipoprotéine E (APOE) : les porteurs des versions génétiques (allèles) APOE2 ont beaucoup moins de risques de développer la maladie que les porteurs de la version APOE4. Or ces derniers s’avèrent incapables d’éliminer le mercure de leur cerveau car les protéines codées par leurs gènes APOE4 ne contiennent pas de liaisons soufrées contrairement aux protéines des porteurs de gènes APOE2 qui se lient fortement au mercure cérébral et l’expulsent hors du cerveau.

 

La sclérose en plaque:

La SEP se caractérise par des plaques disséminées de démyélinisation dans le cerveau et la moelle épinière, qui perturbent le transport de l’information dans les neurones. Les symptômes comprennent des anomalies visuelles et oculomotrices, des paresthésies,k une fatigue musculaire. La maladie progresse par poussées qui conduisent progressivement à l’invalidité.En 2006, selon le Livre Blanc de la sclérose en plaques, elle concernait 80 000 personnes en France. Dès 1992, on envisageait que l’aluminium pouvait induire un déficit en magnésium au niveau du système nerveux central et qu’on pouvait pour cette raison le considérer comme un facteur de risque dans l’étiologie de la SEP.En 2001, l’association entre la lésion caractéristique de la myofasciite à macrophages post-vaccinale et la SEP avait été établie pour plusieurs patients.

Aussi, en 2006, des chercheurs s’appuyant sur les niveaux de biomarqueurs urinaires révélant du stress oxydatif ainsi que des niveau élevés de fer, de silicium et d’aluminium chez les malades de la SEP, avançaient que « l’aluminium est un facteur environnemental jusqu’ici méconnu associé à l'étiologie de la SEP ».Même s’il n’agit pas seul, l’aluminium est susceptible de contribuer au développement de la maladie.Dans une population exposée par son alimentation à des niveaux élevés d’aluminium, de strontium, de baryum, de fer et de manganèse (associés à des déficiences en magnésium et en calcium), on a observé une incidence importante de maladies d’Alzheimer et de SEP.

Une récente étude de cas a montré chez un patient touché par la SEP, dont on avait mis en valeur qu’il souffrait à la fois de stress oxydatif et d’une déficience en métaux essentiels, qu’il était effectivement intoxiqué à un certain nombre de métaux toxiques – plomb, cadmium, manganèse, aluminium, fer, cuivre et lithium.

Une autre étude de cas de 2012 a révélé chez un second patient atteint de SEP des taux élevés de plomb, d’aluminium et de mercure.L’implication du mercure dans l’étiologie de la SEP est également une question posée depuis les années 1990, notamment à partir de l’exposition au mercure dentaire.On a montré que les sujets atteints de SEP et portant des amalgames dentaires avaient significativement plus de poussées que les malades auxquels ont avait retiré les amalgames.Sur le plan épidémiologique, une publication de 1998 a montré une association positive entre le nombre d’amalgames dentaires et la SEP, même si cette augmentation n’a pas été jugée « significative ». Une revue de 2007 parvenait au même résultat. Mais une étude rétrospective de 2004 portant sur une cohorte de 20 000 personnes va beaucoup plus loin, en constatant un risque de SEP accru de 24% par amalgame supplémentaire.Une étude récente a également montré que les concentrations de mercure dans le sérum sont plus importantes chez les personnes touchées par cette maladie. De même, on sait que les taux de mercure dans le liquide céphalorachidien de patients atteints de SEP sont 8 fois plus importants que ceux des sujets en bonne santé.Dans une étude menée sur 4 patients atteints de SEP, le retrait d’amalgames dans des conditions sécurisées conduit à des changements spectaculaires, rapides et durables, dans les caractéristiques des protéines du liquide céphalorachidien typiques de la SEP. Troubles de la sensibilité tactile désagréables mais non douloureux : fourmillements, picotements, engourdissements, etc.l http://www.sep-info.fr/fr_FR/members/sclerose-en-plaques/chiffres-sep/index.jsp

 

Les maladies environnementales émergentes désignent un ensemble de pathologies qui forment entre elles un continuum. Ces affections se caractérisent par une détresse de l’organisme dans des conditions où la plupart des autres individus n’accusent aucune souffrance. L’exposition à un effort, à un stress, à un agent chimique ou physique se manifeste, chez les sujets touchés, par des symptômes non spécifiques qui conduisent, à mesure que leur gravité progresse, vers une véritable désaffiliation sociale.Cette hypersensibilité se retrouve dans la Fibromyalgie, le syndrome de fatigue chronique, le syndrome de l’intestin irritable, le syndrome post traumatique, le syndrome de la guerre du Golfe, la sensibilité chimique multiple ou le syndrome d’intolérance aux champs électromagnétiques…La comorbidité entre ces conditions est importante, au point que certains auteurs suggèrent qu’il s’agirait en fait d’un seul syndrome: L'INTOXICATION AUX METAUX LOURDS!!!

 

Prises ensemble, la prévalence de ces maladies atteint aisément 5 %. Pourtant elles sont entourées de déni.   La formation des médecins à ce sujet, quasi inexistante, condamne les malades à une éprouvante errance médicale ainsi qu’à des psychiatrisations abusives.

L’absence de reconnaissance officielle, pour une large partie de ces pathologies (notamment la sensibilité chimique multiple et le syndrome d’intolérance aux champs électromagnétiques, la Fibromyalgie), interdit même aux malades toute prise en charge médicale, car l’environnement et les pratiques, en milieu hospitalier comme en médecine de ville, ne sont absolument pas adaptés.

Parmi ces pathologies, ce qu’on appelle « Syndrome de Fatigue Chronique », "Fibromyalgie" ou Encephalomyélite Myalgique (SFC/ FIBROMYALGIE /EM), désigne une fatigue intense d’une durée de plus de 6 mois, à laquelle sont associés d’autres symptômes, notamment des douleurs articulaires et musculaires ainsi que des troubles cognitifs.Mal défini, mal connu, la prévalence du SFC? FIBROMYALGIE /EM est difficile à estimer ; la France ne s’est pas penchée sur cette question.

Aux Pays-Bas, on l’a évaluée à 1 % ; au Japon, à 1,5 %.68Les personnes touchées sont en très mauvaise santé69 et leur qualité de vie est sensiblement amoindrie.70 Leur prise en charge n’est absolument pas satisfaisante car les médecins sont généralement désemparés face à eux.Or, la symptomatologie de la myofasciite à macrophages se confond étrangement avec celle du SFC/EM. On a par ailleurs constaté des niveaux d’aluminium plus importants dans le sérum des malades atteints du SFC/EM « idiopathique ». Il est donc raisonnable de suggérer que les vaccins contenant de l’aluminium pourraient occasionner et/ou accélérer le SFC/FIBROMYALGIE /EM.

La question se pose également dans l'IMPLICATION des SELS D'ALUMINIUM ET du MERCURE CONTENU DANS LES AMALGAMES DENTAIRES dans la FIBROMYALGIEl'IMPLICATION qui est une condition proche, souvent confondue en pratique avec le SFC/EM.

Mais l’implication des sels d’aluminium et du thimérosal dans les M2E pourrait être plus large. La myofasciite à macrophages est associée à des réactions d’auto-immunité : or c’est une condition que l’on retrouve très fréquemment dans les hypersensibilités, au point que la question se pose de savoir si les M2E ne seraient pas en elles-mêmes des maladies auto-immunes.

De même, le mercure est un perturbateur bien connu du système immunitaire, et le thimérosal est susceptible de provoquer des réactions d’auto-immunité.Plus encore, les travaux de Martin Pall, qui proposent une hypothèse extrêmement stimulante sur l’étiologie commune des M2E, suggèrent que le mercure pourrait, comme une série d’autres substances, initier un cercle vicieux dans le système nerveux central des personnes sensibles, avec une surproduction d’oxyde nitrique entraînant une toxicité endogène lors de l’exposition à un stress.En tout état de cause, on ne pourra pas considérer franchement le problème des M2E sans poser la question de la toxicité du thimérosal et des sels d’aluminium contenus dans les vaccins.Cette évidence a été rejetée jusqu’à aujourd’hui dans un double déni : auxquels nous sommes exposés.C’est ce silence qu’il faut maintenant briser.on veut ignorer l’explosion des maladies nouvelles et, en miroir, les effets des faibles doses et des cocktails de substances toxiques

 

Conclusions: 

Les données scientifiques sont nombreuses et consistantes, qui nous obligent à réévaluer d’urgence le rapport bénéfice/risques des métaux toxiques utilisés dans les vaccins et du mercure contenu dans les amalgames dentaires.

 Les autorités sanitaires ne peuvent pas indéfiniment nier la recherche, ni en freiner les avancées : il est temps qu’elles assument sur ce point les hautes responsabilités qui leur incombent.

Ces dernières années, les chercheurs ont mis à jour des liens entre, d’une part, le thimérosal et les sels d’aluminium, et d’autre part la neurotoxicité du Mercure contenu dans les Amalgames Dentaires et des maladies qui touchent une population extrêmement nombreuse, et toujours grandissante.

Alerter les médias, et la population est une opportunité qui nous est donnée d’endiguer un fléau, plutôt que de persister à le taire, à le minimiser ou à brandir le mythe du vieillissement de la population.

Il serait absurde et criminel de ne pas saisir l’occasion qui s’offre à nous.

Aussi demandons-nous au ministère de la Santé : De permettre à l'Unité INSERM U 955 de l'hôpital Henri Mondor de Créteil, à la pointe de la recherche mondiale, de poursuivre ses travaux sur la myofasciite à macrophages en lui allouant les financements nécessaires.

De contraindre les fabricants à mettre à disposition des patients des vaccins de base sans thimérosal ni hydroxyde d’aluminium.Plus largement, il paraît nécessaire de réviser notre façon d’envisager la santé publique en donnant à l’environnement la place qu’il occupe dans les faits, plutôt qu’en le maintenant dans un territoire séparé.Sans cette intégration, l’expérience montre que les pouvoirs publics tardent à identifier des problématiques que nous devrions déjà prendre à bras le corps.

Ainsi, il est nécessaire que les plans « Autisme » et « Alzheimer » intègrent l’un et l’autre un volet environnemental.Surtout, nous demandons la création d’un plan « Maladies Environnementales Émergentes », qui permette le développement d’une recherche tournée vers les enjeux d’aujourd’hui et de demain, et qui soit à la hauteur.

*****************************************************************************************************

Moi, Administratrice de ce blog, je me permet de rajouter ceci: je regrette une chose: que le sujet des dangers du mercure contenu dans les amalgames dentaires ne soit pas plus développé et exposé lors des conférences!

Tout comme les demandes légitimes de l'association E3M concernant le financement des travaux sur la Myofasciite à Macrophage, je rappelle que le Docteur Melet, médecin-chercheur (voir article sur le blog) avait, part ses travaux, démontré la relation des dangers du mercure dentaire avec toutes ces maladies émergentes! (FIBROMYALGIE, AUTISME, SFC, SCLEROSE EN PLAQUES, MALADIES AUTO-IMMUNE ETC...)  et avait guérit, grâce au Protocole de soin de la désintoxication des Métaux Lourds, de nombreux malades intoxiqués!

 Protocole de soin utilisé par quelques médecins toxicologues en France sous couvert d'anonymat (car ce scandale sanitaire majeur n'a pas encore éclaté publiquement!) et qui continuent de soigner de plus en plus de malades au courant de ce scandale!

Malades n'ayant aucune reconnaissance et aucune prise en charge financière! Donc un nombre important de personnes intoxiquées, au courant de la cause de leur maladie, se retrouvent les mains liées fautes de moyens financiers pour se soigner! C'est inadmissible en 2012! Pourtant, Mme la ministre de la santé, possède tous les rapports scientifiques, les dossiers de presse des associations, elle les a memes reçus!

Autre information: Pourquoi la Fibromyalgie n'est-elle pas reconnue officiellement en France?..Ce serait reconnaitre l'intoxication aux métaux lourds! Voilà pourquoi le gourvernement se tait et donne en réponse aux personnes qui lui écrive..une réponse lettre-Type envoyée par les chargés de cabinets!

Ces personnes ne peuvent se payer le "Test de Mobilisation", les compléments alimentaires, les chélations, voir un médecin toxicologue spécialisé proche de chez eux car ils sont très peu en France )à s'être formé à l'I.B.C.M.T(certains font des centaines, voir des milliers de kilomètres), s'acheter des produits sans gluten (tout cela coute cher!) et voir un dentiste formé et équipé dans la dépose des amalgames avec précautions car, la, aussi, très peu sont formés et équipés! ( stages de formation pour les chirurgiens dentistes au Forum Sévelin auprès du Professeur Sami Sandhaus à Lausanne) Sujet peu mis en avant par les associations!

 LES MALADES INTOXIQUES AU MERCURE DENTAIRE DOIVENT-ILS EUX AUSSI ENTAMER UNE GREVE DE LA FAIM AUX COTES DES VICTIMES DE L ALUMINIUM DES VACCINS POUR QUE LES CHOSES BOUGENT??? C'EST MALHEUREUSEMENT CE QU'IL RISQUE D'ARRIVER D'ICI PEU!!!

 CERTAINES ASSOCIATIONS ONT RECU DES CONSIGNES POUR NE PAS FAIRE AVANCER  LES CHOSES, LES MALADES EUX (INTOXIQUES AU MERCURE DENTAIRE), SE REGROUPENT ACTUELLEMENT EN GRAND NOMBRE (GRACE AUX RESEAUX SOCIAUX) POUR SE FAIRE ENTENDRE PROCHAINEMENT! (comme les victimes des vaccins), AVEC OU SANS LES ASSOCIATIONS!!!

*****************************************************************************************************