telportable

L'UTILISATION D'UN TELEPHONE PORTABLE ACCROIT LES EMISSIONS DE MERCURE PAR LES AMALGAMES (avril 2008)

 

 

Emission mercurielle des amalgames dentaires après IRM et après utilisation d’un téléphone mobile



Sources articles: Mortazavi SM, Daiee E, Yazdi A, Khiabani K, Kavousi A, Vazirinejad R, Behnejad B, Ghasemi M, Mood MB.
Pak J Biol Sci. 2008 Apr 15;11(8):1142-6.

(résumé original en anglais en fin de document)

Phase 1 : prélèvement de salive chez 30 personnes avant et après IRM.
Phase 2 : 14 étudiantes en bonne santé sans amalgame, n’utilisant pas de tél. portable jusque là.

On met des amalgames aux 14 étudiantes et on collecte des échantillons d’urine avant la pose et 1, 2, 3 et 4 jours après.

Moyenne des concentrations de Hg dans la salive des étudiantes avant expo aux ondes électromagn : 8,6 µg/l et après expo : 11,3 µg/l = augmentation significative chez les utilisatrices de téléphone.

Concentration moyenne du Hg urinaire avant la pose d’amalgames puis 1, 2, 3 et 4 jours après = 2,43, 2,71, 3,79 et 4,8 µg/l alors que chez les témoins non utilisateurs, la concentration mercurielle était de 2,07, 2,34, 2,51, 2,66 et 2,76 µg/l.

On constate que IRM et rayonnement électromagnétique émis par les téléphones portables augmentent significativement les émissions de mercure par les amalgames dentaires.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre si d’autres sources d’exposition à des champs électromagnétiques peuvent entraîner des altérations des amalgames dentaires et accélérer le relargage de mercure.

Attention toutefois, la dépose des amalgames dentaires est une opération elle aussi très risquée pour la santé (relargage  de mercure par inhaltions) et dans tous les cas, elle doit absolument être effectuée par un dentiste formé à la dépose avec précautions des amalgames (digue, masque au charbon activé, aspiration clean-up, découpe précise de l'amalgame en 4 morceaux etc..), et équipé pour ce type d'opération délicate. Soit dit en passant, les opérations de détartrage et de blanchiment des dents doivent faire réflechir aussi les porteurs d'amalgames...

Direct au cerveau

Amalgames au mercure et champs électromagnétiques forment une association à haut risque aux effets particulièrement nocifs. En effet, d'après Pierre Aubineau**, chercheur du CNRS, les champs électromagnétiques des portables rendent perméable la barrière hémato-encéphalique, qui protège normalement notre cerveau des toxiques circulant dans le sang. Or, il se trouve que le mercure libéré par ces mêmes champs électromagnétiques a une affinité spécifique pour le tissu nerveux où il se fixe de manière élective.

Ainsi, les ondes électromagnétiques sont doublement nocives :
• d'une part elles favorisent la libération du poison pour la cellule nerveuse qu'est le mercure,
• d'autre part elles lui ouvrent un accès royal, précisément là où son affinité le pousse à se fixer : le cerveau.

 

Résumé medline


Mercury release from dental amalgam restorations after magnetic resonance imaging and following mobile phone use

Mortazavi SM, Daiee E, Yazdi A, Khiabani K, Kavousi A, Vazirinejad R, Behnejad B, Ghasemi M, Mood MB.
Department of Medical Physics, School of Paramedical Sciences, Shiraz University of Medical Sciences, Shiraz, Iran.
Pak J Biol Sci. 2008 Apr 15;11(8):1142-6.

In the 1st phase of this study, thirty patients were investigated. Five milliliter stimulated saliva was collected just before and after MRI. The magnetic flux density was 0.23 T and the duration of exposure of patients to magnetic field was 30 minutes.
In the 2nd phase, fourteen female healthy University students who had not used mobile phones before the study and did not have any previous amalgam restorations were investigated.
Dental amalgam restoration was performed for all 14 students. Their urine samples were collected before amalgam restoration and at days 1, 2, 3 and 4 after restoration.
The mean +/- SD saliva Hg concentrations of the patients before and after MRI were 8.6 +/- 3.0 and 11.3 +/- 5.3 microg L(-1), respectively (p < 0.01). A statistical significant (p < 0.05) higher concentration was observed in the students used mobile phone. The mean +/- SE urinary Hg concentrations of the students who used mobile phones were 2.43 +/- 0.25, 2.71 +/- 0.27, 3.79 +/- 0.25, 4.8 +/- 0.27 and 4.5 +/- 0.32 microg L(-1) before the amalgam restoration and at days 1, 2, 3 and 4, respectively. Whereas the respective Hg concentrations in the controls, were 2.07 +/- 0.22, 2.34 +/- 0.30, 2.51 +/- 0.25, 2.66 +/- 0.24 and 2.76 +/- 0.32 microg L(-1).


It appears that MRI and microwave radiation emitted from mobile phones significantly release mercury from dental amalgam restoration.

Further research is needed to clarify whether other common sources of electromagnetic field exposure may cause alterations in dental amalgam and accelerate the release of mercury.